Pixels gourmands

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 13 mai 2012

Super Strict Farmer - Benjamin Soulé (Bumdum)

Le milieu du jeu vidéo organise de nombreux évènements créatifs rassemblant des développeurs passionnés, qu'il s'agisse de pros, d'étudiants, ou d'amateurs éclairés. Citons pour mémoire la Global Game Jam ou la Ludum Dare (pour les curieux, je vous renvoie vers l'article plus exhaustif de Pierre Corbinais sur Merlan Frit). Leurs points communs : créer un jeu en un temps donné (très) court.

Super Strict Farmer - écran titre
Aujourd'hui, je vais vous parler de Super Strict Farmer qui a été conçu fin avril à l'occasion de la 23ème Ludum Dare. Ce jeu répond aux trois critères suivants : un thème imposé, "Monde minuscule", une réalisation en 48 heures, et un seul concepteur. Ici il s'agit de Benjamin Soulé, l'un des fondateurs de Motion-Twin.

Pourquoi vous parler de ce jeu ?

  1. son gameplay est basé sur l'excellent jeu de plateau allemand Agricola, et j'adore les jeux de société ;
  2. il est addictif en diable (bon, ça découle du point 1) ;
  3. on peut jouer en solo contre une IA, ou à deux sur le même ordinateur ;
  4. il est très sympa graphiquement.


Super Strict Farmer - partie en cours

Les règles

Préambule

Le petit monde de l'agriculture est sans merci ! Il vous faudra survivre et développer votre exploitation du mieux possible.
Votre but : avoir le plus de points de victoire à la fin des 12 tours de jeu.

Comment jouer ?

Vous débutez le jeu avec deux fermiers (les bleus si vous jouez en solo). Chaque fermier peut accomplir une seule action par tour, et consommera une unité de nourriture à sa fin.
Cliquez sur un endroit libre pour que votre fermier s'y rende et accomplisse l'action contextuelle (récupérer une ressource ou utiliser la fonction d'un bâtiment).

Si vous connaissez suffisamment l'anglais pour comprendre les info-bulles, vous pouvez jouer dès maintenant ! Je vous conseille tout de même de lire la dernière section sur les astuces et bugs.

Lire la suite...

jeudi 30 avril 2009

Pandemic 2 - Dark Realm Studios

L'humanité, une fois de plus, est confiante en sa suprématie. La technologie et les avancées médicales progressent continuellement. Peu de signes indiquent pourtant qu'une nouvelle menace a émergé, une menace pouvant tout changer... si tel est votre désir.
Contrôlez votre propre maladie, faites-la évoluer, disséminez-la sur tous les continents jusqu'à l'éradication de l'humanité.


Il y a des jeux qu'on imagine créés selon l'actualité, pour commenter des évènements politiques ou rapporter des catastrophes par exemple. Mais ce n'est pas toujours le cas. Pandemic n'a aucun rapport avec l'épidémie de grippe porcine actuelle. Dark Realms Studios ont en effet sorti le premier opus en 2007 (bon... OK... c'était en pleine grippe aviaire).


Pandemic - carte du monde

Dans Pandemic, le joueur détermine quel type de menace il souhaite lâcher sur Terre, sélectionnant ses attributs, ses modes de contamination, et ses effets sur les hommes. Les caractéristiques sont déblocables contre des points d'évolution récupérés au cours de la propagation de la maladie.


Pandemic - choix des traits de sa maladie

Mais plus elle se propage, plus elle risque d'être repérée par les pouvoirs publics ; son développement peut alors être freiné par la fermeture des frontières ou la création de vaccins. A vous de vous assurer du sort de l'humanité en sachant prévenir tout risque.


Si vous voulez tester la grippe mexicaine, rendez-vous là.


Pour ceux qui pourraient être choqués par un jeu sur un tel sujet, je rappelle que jouer permet aussi de se confronter à des situations très déplaisantes.
Je suis parfaitement consciente qu'on parle de pandémie, de gens qui souffrent et meurent, et pourtant, ce genre de jeux permet d'apprendre des notions sur le sujet. Dans Pandémie, on aborde quelques points de médecine, on intègre plusieurs mécanismes biologiques - en tuant des gens irréels. Dans Defcon, on parle de mouvements militaires, de diplomatie, d'annihilation nucléaire ; leur site résume la philosophie du jeu en deux phrases : "It's Global Thermonuclear War, and nobody wins. But maybe - just maybe - you can lose the least."
Jouer, c'est se confronter à des difficultés et surmonter un challenge. Et vaincre un peu ses peurs aussi.

mardi 10 mars 2009

Clim'City - Cap Sciences (un serious game sur le développement durable)


Clim'City - vue générale

Protocole de Kyoto, réchauffement global, trou de la couche d'ozone...
Écologie, développement durable, recyclage, propulsion à l'hydrogène...
Ça vous dit quelque chose ? Ce sont des grands mots, et vous vous dites peut-être que vous ne pouvez rien faire. Mais virtuellement, vous pouvez tout, y compris prendre conscience que le développement durable, ça commence tout petit chez soi.
M'enfin, arrêtons là les grands mots et profitons plutôt du jeu !

Lire la suite...

mercredi 21 janvier 2009

GemCraft - Game in a Bottle

Corruption et dévastation se sont répandues sur ces terres, et vous êtes l'un des rares magiciens qui peuvent y mettre un terme. Créez et combinez des gemmes magiques, insérez-les dans vos tours et bannissez les monstres en enfer !

GemCraft - en cours de jeu

GemCraft est un "Tower Defense" (TD). Dans ce type de jeu, il s'agit de protéger un lieu contre des vagues successives d'ennemis.
Pour cela, le joueur dispose de tours défensives, qui lancent des projectiles dans une zone d'effet. Construire une tour (ou l'améliorer) réclame du joueur qu'il pioche dans une ressource (argent, énergie magique...) ; cette jauge se remplit pour chaque ennemi tué. Ici, le mana (énergie magique) est la ressource de base ; elle s'accroît naturellement au fur et à mesure du temps.

Lire la suite...

jeudi 8 janvier 2009

Cursor*10 - Nekogames


Cursor*10 - la revanche du curseur !

Le but du jeu ? Arriver au 16ème étage. C'est simple, il suffit de cliquer sur un escalier qui monte pour se rendre à l'étage supérieur...

Sauf que votre curseur n'a que quelques dizaines de secondes à vivre, que vous n'avez droit qu'à dix essais mais... on vous a déjà parlé de machines à voyager dans le temps et de paradoxes temporels ?

Oui ? Non ? Dans tous les cas, pour jouer, il faut cliquer ici !


J'ai réussi à atteindre le score faramineux de 67 (il me restait 17 de temps...).

jeudi 30 octobre 2008

Proximity - Bryan Cable

Proximity-jeu_flash

Proximity est un jeu qui se joue à deux (en 1vs1, avec une IA ou un ami en hotseat). Sur un plateau, les joueurs disposent chacun à leur tour un pion comportant une valeur. Si le pion posé est d'une valeur supérieure à ceux qui sont en contact, ceux-ci changent pour acquérir sa couleur. Le but du jeu est d'avoir le plus de jetons de sa couleur (et la valeur totale la plus élevée) une fois la partie terminée (quand le plateau est entièrement recouvert).

Ce qui est assez sympa, c'est que la configuration est paramétrable au niveau de la surface du plateau, des effets de bord lors de la pose d'un pion sur les alliés et les ennemis, des conditions de victoire...

Les graphismes sont basiques, mais l'intérêt réside dans le gameplay, intéressant (me rappelle le go). Je crois qu'il a été adapté pour le XBOX Live. Cliquez ici pour lancer le jeu...