Pixels gourmands

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 14 novembre 2011

Le Jardin d’Hiver – Dillies & La Padula

Couverture de Le Jardin d'Hiver - Dillies & La Padula
De nos jours, dans une ville anonyme, où la verticalité des bâtiments répond à la pluie qui tombe sans cesse...

Sam traîne sa vie entre un boulot minable et un appart' miteux. Seule sa relation avec Lili apporte un peu de beauté dans son quotidien.
Mais pourtant le jeune homme a du mal à s'ouvrir à elle : il n'aime pas se lier avec les autres. Ne serait-ce que discuter avec ses collègues ou ses voisins.

Et puis, un soir, une fuite d'eau l'oblige à franchir le pas...




J'aime beaucoup Renaud Dillies.

J'avais rencontré un jour Sumato, l'un de ses albums, sous les néons blafards d'un Cultura. Je l'avais dévoré debout, selon mon habitude, et (comme parfois) je me suis retrouvée les larmes aux yeux dans la grande surface. Si bien que lorsque j'ai croisé son auteur au Festival de la Bande dessinée d'Angoulême, je lui ai demandé une dédicace. Et ainsi, trois années d'affilée, j'ai collectionné ses dessins. C'était une sorte de rendez-vous sacré pour moi :)
Ses albums mêlent toujours mélancolie et musique, et sont toujours emplis de poésie. Par contre, les scénarios sont souvent très légers, et laissent la part belle aux atmosphères et aux sentiments qui prennent la largeur des planches pour s'exprimer.
Le Jardin d'Hiver ne fait pas exception, pourtant ce n'est pas Dillies qui est l'illustrateur, mais Grazia La Padula.


Pourquoi je recommande Le Jardin d'Hiver

Déjà, le design est intéressant. Je n'aime pas ces trognes déformées, ces couleurs brun-gris délavé qui sentent la déprime et les remugles d'arrière-cour, mais le dessin sert efficacement le propos. L'ambiance est tout de suite posée. Je suis sûre que pour certains, la couverture va tout de suite vous attirer, alors que pour d'autres, dont je fais partie, elle pourrait au contraire rebuter, mais passez outre, pour l'histoire.
Le scénario est peut-être faiblard, avec de surcroît un personnage principal apathique, sans désir, mais de quelle maestria Dillies sait-il faire la preuve dans la description des sentiments, et dans la trouvaille des petits instants de magie du quotidien, qui donnent toute la valeur de la vie !
C'est rien que pour cela que je vous invite à lire cet album : pour l'émerveillement. Pour le soleil après la pluie. Pour la beauté du premier pas hors du chemin tout tracé :)


Les quatre premières planches


Le Jardin d'Hiver - Dillies & La Padula, planche 1



Le Jardin d'Hiver - Dillies & La Padula, planche 2



Le Jardin d'Hiver - Dillies & La Padula, planche 3



Le Jardin d'Hiver - Dillies & La Padula, planche 4

dimanche 28 février 2010

Otoyomegatari - Kaoru Mori : making-of

Emma vs Otoyomegatari


Making-of d'Otoyomegatari de Kaoru Mori
Je suis tombée amoureuse de la dernière œuvre de Kaoru Mori, la mangaka derrière Emma. Si j'avais bien aimé cette romance entre soubrette et fils de bonne famille à l'ère victorienne, je n'avais pas pour autant eu un vrai coup de cœur. Le dessin est de bonne qualité, j'apprécie le côté exotique de la société londonienne de l'époque, qui pimente agréablement la mayonnaise, mais le scénario est décidément trop longuet à mon goût.
Je l'avais donc emprunté avec ferveur à la bibliothèque de Hyères, mais avait finalement résolu de ne pas l'acheter.

Ma résolution risque d'être différente avec Otoyomegatari, en cours de parution au Japon (ils en sont à la moitié du deuxième tome).
L'histoire se déroule dans l'Asie Centrale du XIXème siècle, et commence par le mariage arrangé entre une une vieille fille de 20 ans et un garçon de 12 ans.
S'ajoute à cela un certain choc des cultures, puisque lui habite une petite cité rurale, alors qu'elle a été élevée dans une tribu nomade.

Le scénario est sympathique pour le moment, sans pathos, avec la sensibilité habituelle de Mori. Et ça bouge plus qu'Emma, car l'héroïne est quand même plus sportive... La preuve :

Kaoru Mori : Otoyomegatari, scène de chasse


Le making-of d'une page de manga

Comme vous pouvez le constatez, les dessins sont sublimes. D'où la question : "comment une planche de manga est-elle dessinée ?". Kaoru Mori a eu la gentillesse de répondre à une longue interview (en japonais évidemment) et de se prêter au jeu des photos, et surtout des vidéos de son travail. Pour la "lire", cliquez ici.

Mais clairement mieux vaut aller sur Youtube et regarder les 6 vidéos, qui vont de l'esquisse à l'application des trames, en passant par l'encrage. A priori, elle passe de 3 à 4h pour chaque page.

Le dessin de base

Le croquis est réalisé au crayon de papier.

Lire la suite...

mercredi 9 décembre 2009

Niort en Bulles - le club de lecture de décembre 2009


Couverture de Le roi n'embrasse pas, L'Ancien Temps tome 1 - Joann Sfar Couverture de Laser Ninja, Lou ! tome 5 - Julien Neel

Couverture de Lorsque nous vivions ensemble, tome 1 - Kazuo Kamimura Couverture de l'intégrale d'Hector Umbra - Uli Oesterle




Couverture de Perdus sur l'île déserte - Martin Vidberg


La dernière sélection de l'année est la suivante :

  • Le roi n'embrasse pas (L’Ancien Temps T.1), de Joann Sfar ;
  • Laser Ninja (Lou ! T.5, pas nécessaire de lire les précédents), de Julien Neel ;
  • Lorsque nous vivions ensemble (T.1, le dernier tome de la trilogie vient de sortir), de Kazuo Kamimura ;
  • Hector Umbra (l'intégrale), d’Uli Oesterle ;
  • Perdus sur l’île déserte, de Martin Vidberg.


La réunion du prochain Club de lecture aura lieu le 15 janvier 2010 à Niort, au Grand Café place de la Brèche.


Lire la suite...

lundi 22 décembre 2008

Courtney Crumrin - Ted Naifeh

Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit
Courtney est une petite fille blonde qui peut être très mignonne. Elle est hélas douée d'une vive intelligence et d'une certaine tendance à la misanthropie. Quant à ses parents, ils n'incarnent pas pour elle le modèle de vie qu'elle souhaiterait ; eux ne rêvent que d'ascension sociale et de milieu huppé.
Si bien que lorsque s'arrange l'occasion d'habiter dans le très chic quartier d'Hillsborough, ils ne la laissent pas filer. Même si ça implique de cohabiter dans un manoir sinistre avec l'excentrique mais secret Professeur Aloysius Crumrin...



La série sort en France chez Akiléos. Elle compte cinq albums différents (le dernier, dont je viens de faire l'emplette, date de cette année) :

  • Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit
  • Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers
  • Courtney Crumrin et le Royaume de l'Ombre
  • Courtney Crumrin et les Effroyables Vacances
  • Hors-série : Portrait du sorcier en jeune homme


On peut dénicher un magnifique coffret regroupant les trois premières aventures ; à défaut il y a aussi le premier volume de l'intégrale. Les volumes peuvent se lire relativement indépendamment, même s'il y a évidemment de nombreuses allusions disséminées.


Lire la suite...