Il resta silencieux pendant quelques instants, essayant de suivre ma logique plutôt tordue.
-- Mais pourquoi ?
-- Je n’en suis pas sûr… Je vais te dire : rassemble tout ce que tu pourras trouver à son sujet, rapporte-moi tout ça ici et nous essayerons de comprendre.

Kragar sourit et sortit un petit calepin de l’intérieur de sa cape.
Il commença à lire :

-- Le Démon. Véritable nom inconnu. Jeune, probablement moins de huit cent ans.
« Personne n’avait entendu parler de lui avant l’Interregnum. Il a émergé juste après en tuant personnellement deux des trois membres de l’ancien conseil qui avaient survécu. Il a construit une organisation à partir de ce qui restait et aidé à rendre la Maison de nouveau rentable.
« Pour tout dire, Vlad (il s’interrompit en levant les yeux vers moi), il semble que ce soit lui qui ait eu l’idée de permettre aux Orientaux d’acheter des titres pour rejoindre le Jhereg.

-- Voilà qui est intéressant, dis-je. Donc c’est lui que je dois remercier : il a permis à mon père de dilapider quarante ans d’économies, pour qu’en échange, j’aie l’immense plaisir de me faire cracher dessus en tant que Jhereg, en plus de me faire cracher dessus en tant qu’Oriental !
« Mais continue.

-- Pas grand-chose d’autre à dire. Il n’est pas tout à fait arrivé au sommet ; il serait plus juste de dire qu’il est arrivé quelque part et qu’ensuite, il a déclaré que c’était là, le sommet. Tu dois garder à l’esprit que c’était un sacré foutoir à cette époque. Et, bien sûr, il était assez impitoyable et assez doué pour faire en sorte que ça tienne.

-- Kragar, avec quelqu’un comme le Démon, quelque chose comme ça n’arriverait pas par accident, n’est-ce-pas ? »
(...)
Je secouai la tête.
« C’est ça, bien sûr. Il savait que j’allais être nerveux à l’idée de le rencontrer, alors il a volontairement organisé une rencontre inhabituelle pour me rendre suspicieux. Il fait tout cela pour dire : "Allez-y et faites ce que vous avez à faire pour vous sentir en sécurité, je ne serai pas offensé."

Je commençais à être pris de vertiges.

-- J’espère ne jamais avoir à me confronter à ce fils de chienne. C’est un tordu.
-- C’est toi qui es tordu, patron, commenta Kragar. Je me dis parfois que tu connais les Dragaeran mieux que les Dragaeran ne se connaissent eux-mêmes.
-- C’est le cas, affirmai-je d’un ton catégorique. Et c’est parce que je n’en suis pas un.
Il hocha la tête.

-- Tu sais, Kragar, dis-je pensivement, cette affaire ne me plaît guère.
-- Ma foi, tu pourrais toujours lui dire que tu ne peux pas venir ?
-- Sûr. Comme ça, s’il n’avait pas prévu de me tuer, on sera sûr qu’il changera d’avis. »


Donc si ça vous plaît, je vous encourage à lire la série des Aventures de Vlad Taltos. Les volumes sont indépendants les uns des autres, et ne sont de toute façon pas publiés dans l'ordre chronologique.
J'aime la façon dont est pensé l'univers ; à haut-niveau c'est de la SF, mais on dirait de la fantasy (considérons les Dragaeran comme des elfes, et les Orientaux comme des humains), et surtout, ça fleure le roman noir couleur mafiosi.